16 octobre
- 18 décembre 2021
+ ajouter à mon calendrier
Paris
76 rue de Turenne

75003 Paris France




















La Galerie Perrotin a le plaisir d'accueillir une nouvelle exposition d'œuvres de l'artiste américain Barry McGee, sa troisième exposition personnelle en lien avec la galerie, et la première à Paris. En utilisant une gamme ludique de médias, l'artiste partage son observation franche et perspicace de la société moderne et son dévouement continu à reconnaître et à soutenir les communautés marginalisées.

Photo: Claire Dorn. © Barry McGee: Courtesy of the artist, Perrotin, and Ratio 3, San Francisco.
Photo: Claire Dorn. © Barry McGee: Courtesy of the artist, Perrotin, and Ratio 3, San Francisco.
Photo: Claire Dorn. © Barry McGee: Courtesy of the artist, Perrotin, and Ratio 3, San Francisco.
Photo: Claire Dorn. © Barry McGee: Courtesy of the artist, Perrotin, and Ratio 3, San Francisco.
Photo: Claire Dorn. © Barry McGee: Courtesy of the artist, Perrotin, and Ratio 3, San Francisco.

Barry McGee maitrise l’art du retournement, qui lui vient sûrement de son pseudonyme TWIST devenu légendaire dans la rue. En atelier, il puise dans le graffiti qu’il envisage non pas dans sa simple forme plastique mais comme une expérience, une matière, un souvenir, une attitude, une communauté clandestine. Dedans dehors, la peinture de Barry McGee est alors une dérive situationniste dans les villes anesthésiées. Des villes privatisées où se démultiplient des structures et des architectures hostiles aux vies errantes, aux vertiges des skateurs, aux pigeons et à toutes autres sources potentielles de désordre.

Icône malgré lui de la scène Californienne, exposé légalement ou illégalement dans la rue, dans des espaces alternatifs ou dans des institutions, Barry McGee déploie toujours sa peinture à l’échelle démesurée du paysage de la ville. De la photographie à la sculpture en passant par le dessin, la performance, la vidéo, la récupération, l’utilisation d’archives, l’édition de fanzines, l’artiste manipule différents médiums envisagés sans aucune hiérarchie, mais toujours à la manière d’un peintre qui explore, documente et manipule la mémoire urbaine.

Ce que j’aime dans la pratique du graffiti, c’est que personne ne sait qui je suis. C’est la sensation de pure liberté. Il suffit que je change mon nom, et personne n’aurai rien à foutre de mon tag. Le graffiti, c’est la dernière chose que je puisse faire sans que personne ne puisse se l’approprier.

— Barry McGee dans Beaux-Arts Magazine

Si sa peinture est aussi traversée par des figures asiatiques, et si elle se déploie souvent violemment sur des voitures et camions retournés, il faut creuser dans l’histoire familiale. Pour le contexte, Barry McGee est né en 1966 à San Francisco, d’une mère Sino-Américaine, secrétaire, et d’un père Irlando-Américain, ouvrier spécialisé en réparation et customisation de carrosserie. Un père qui dessinait compulsivement au stylo bic sur des serviettes de café. Des compositions toujours intégrées dans les exposi- tions de Barry McGee et qui sont à l’origine de ses dessins de visages aux reflets poilus hantés par la chevelure et la barbe d’un SDF croisé dans la rue.

La colère de Barry McGee est sourde mais continue. Une colère calme, aux couleurs noire et rouge des peintures de l’artiste. Une peinture qui, à défaut de pouvoir renverser le système, se propage à la manière des ter- mites. Rongeant les structures de dominations, ainsi est la peinture de Barry McGee: une morsure silencieuse qui en appelle d’autres.


Texte écrit par Hugo Vitrani

"FUZZ GATHERING" AT PERROTIN PARIS
Barry MCGEE

Né en 1966 à San Francisco, California, USA
Habite et travaille à San Francisco, California, USA

Barry McGee, diplômé d’un BFA (Bachelor of Fine Arts) en peinture et en gravure du San Francisco Art Institute, est un artiste associé à la Mission School, mouvement dont l’influence principale est le réalisme urbain, le graffiti et l’art populaire américain, et qui met l’accent sur l’activisme social. Les oeuvres de McGee sont un mélange d’observation de la société moderne et d’activisme. Son engagement en faveur des communautés marginalisées reste inchangé depuis ses débuts en tant que “Twist” (son surnom d’artiste graffiti). Qu’il s'agisse du consumérisme ou de la stratification sociale, McGee exprime ses préoccupations en prenant différentes personnalités telles que Ray Fong, Lydia Fong, P.Kin, Ray Virgil et Bernon Vernon. Son motif caractéristique, une caricature masculine aux yeux tombants, fait référence à l’empathie de l’artiste envers ceux qui considèrent la rue comme leur maison. McGee a créé un langage visuel unique, composé de motifs géométriques, de symboles récurrents et de l’utilisation de la “méthode des communautés”, tout en expérimentant divers médias non conventionnels, notamment des bouteilles en verre et autres objets trouvés. Ses peintures murales à grande échelle et ses archives méticuleuses de peintures et dessins questionnent la notion d’espace public confronté à l’espace privé ainsi que l’accessibilité de l’art.


Le travail de Barry McGee a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles dans des musées et des institutions telles que la Fondazione Prada à Milan; le Hammer Museum à Los Angeles, l'UC Berkeley Art Museum and Pacific Film Archive à Berkeley, en Californie; l’Institute of Contemporary Art à Boston; le Modern Art Museum of Fort Worth, au Texas; le Watari Museum of Contemporary Art à Tokyo; et le Museum of Contemporary Art Santa Barbara, en Californie. Ses œuvres font partie de collections publiques dont celles du Museum of Modern Art de New York; du San Francisco Museum of Modern Art; de l'UC Berkeley Museum of Art and Pacific Film Archive; du Walker Art Center, à Minneapolis; de la New Art Gallery Walsall au Royaume-Uni; et de la Fondazione Prada à Venise.




À propos de l'artiste
MORE ON SOCIAL MEDIA 👀
SELECTED PRESS
SHOP
Liste des oeuvres
ROOM 1
ROOM 2
ROOM 3
ROOM 4