15 octobre
- 17 décembre 2022
+ ajouter à mon calendrier
Paris
76 rue de Turenne
75003 Paris France

La galerie Perrotin est heureux de présenter Prémonitions, une exposition personnelle d’Iván Argote dans laquelle l’artiste présente un nouvel ensemble de peintures et de sculptures. Dans le cadre de sa nomination au Prix Marcel Duchamp, l’artiste présente dans le même temps l’exposition Air de jeux au Centre Pompidou. Ces deux expositions se rétro-alimentent, les uns préfigurant les contours des autres dans une spirale sans fin.

Vue de l'exposition 'Prémonitions' d'Iván Argote à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Prémonitions' d'Iván Argote à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Prémonitions' d'Iván Argote à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Prémonitions' d'Iván Argote à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Prémonitions' d'Iván Argote à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Prémonitions' d'Iván Argote à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.

Iván Argote est un artiste (du) sensible. Constamment à l’écoute du monde qui l’entoure, c’est avec tendresse qu’il se penche sur les bruis- sements intérieurs des hommes et des sociétés que ceux-ci se sont construites, bien souvent, à force d’illusions. Des fondations fragiles, une terre en tremblement constant, fine comme la couche de goudron d’une chaussée mise à nu par un énième chantier de travaux de la ville de Paris, sur laquelle pourtant, l’ego des puissants a érigé empires et monuments. Les figures héroïques du récit national et les monuments qui leur sont dédiés sont justement depuis plusieurs années, des sujets vers lesquels l’artiste a dirigé son regard critique.


À travers une série d’interventions dans l’espace public, Iván Argote se joue de la perception collective et teste le rapport tout particulier que nous avons à l’histoire et ses artéfacts. En simulant à Paris, l’enlèvement d’une statue en l’honneur du maréchal Joseph Galliéni, (Au Revoir Joseph Gallieni, 2021), à Madrid la relocalisation d’une sculpture dédiée à Christophe Colomb (Paseo, 2022), et enfin à Rome, avec une Levitation de l’obélisque Flaminio sur la Piazza del Popolo, performance réalisée à l’été 2022 dans le cadre de sa résidence à la Villa Médicis, l’artiste révèle notre attachement aux récits fictionnels qui constituent l’histoire des nations. Comme des enfants incapables de couper, symboliquement, le cordon ombilical, nous voulons continuer de croire en nos héros, en leurs découvertes et en leurs triomphes vertueux, pourtant aussi factuels que les contes d’Andersen.

View of Iván Argotte’s exhibition at Marcel Duchamp prize, Centre Pompidou, 2022 Photos: ©Centre Pompidou/ Bertrand Prévost

En parallèle aux trois films et à l’installation présentés par l’artiste au Centre Pompidou dans le cadre de sa nomination au Prix Marcel Duchamp, Iván Argote présente à la galerie Perrotin un nouvel ensemble de peintures et de sculptures. Dans un jeu d’auto-référence où même les accidents semblent parfois prémédités, ces deux expositions de l’artiste et les lieux, films, peintures, sculptures et installations qu’elles présentent se rétro-alimentent, les uns préfigurant les contours des autres dans une spirale sans fin.


Que l’exposition s’intitule Prémonitions n’est pas anodin. La série de peintures Fallen voit l’artiste se repencher sur ce médium, après plusieurs années passées à explorer des matériaux différents tels que le béton. Des fragments d’obélisques, des socles vides et des monuments ampu- tés, se distinguent dans des dégradés de tons pastels: grisâtres, jaunes ou évoquant la tendresse radicale du rose millenial, comme un rêve pré- monitoire de la fin d’une société patriarcale et écologiquement suicidaire.

Iván Argote, Fallen (detail), 2022, Oil on canvas, 180 x 135 x 3.5 cm | 70 7/8 x 53 1/8 x 1 3/8 inch. Courtesy of the artist and Perrotin

Les sculptures intitulées Patience représentent des statues qui semblent être érodées et décomposées, abandonnées et récupérées par la nature. Ces pièces montrent une "anticipation" d'un futur plus ou moins proche, où les monuments structurant notre sphère publique et les institutions politiques qui les ont générés déclineront. La réappropriation des monuments publics symbolisant le pouvoir politique est un processus artistique qui est au cœur de l'œuvre d'Iván Argote.

L'artiste a développé des récits dans lesquels les statues des "grands hommes" de la nation sont dépouillées du pouvoir symbolique qui les anime : il a par exemple mis en scène le déboulonnement des statues de Christophe Colomb (Paseo, 2022) et de Joseph Gallieni (Au revoir, Joseph Gallieni, 2021).

Iván Argote, Paseo, 2022, Video 4K, Duration : 00:22:30 | 00:22:30 1/5 Editions. Courtesy of the artist and Perrotin
Iván Argote, Au Revoir, 2021, 4K video, color, sound, Duration : 00:04:00, 1/5 Editions + 2 AP. Courtesy of the artist and Perrotin

Réalisée dans un studio orné de décors peints par l’artiste, décors qui deviendront eux-mêmes des œuvres à part entière, Post Human retrace les origines de l’obélisque comme forme architecturale, et son instrumentalisation comme symbole et démonstration publique du pouvoir. L’ironie des pigeons comme guides (les voix off sont interprétées par les comédiens Nathan Willcocks et Roxane Duran), eux qui sont aussi nombreux que les touristes qui se pressent sur les mêmes lieux de pèlerinage que sont devenues ces villes et places célèbres, n’est pas sans lien avec celle de la contemplation de ces grands gestes architecturaux devenus des breloques de touristes, vendues à la sauvette et que l’on emporte chez soi dans une poche. Révérence et vulgarisation. Des fragments de monuments, prenant la forme d’une installation de sculptures douces réalisées par l’artiste viennent amplifier l’idée de mobilité et d’immuabilité des sculptures et monuments dans l’espace public.

Figures marginalisées de l'espace public, l'artiste réhabilite et personnifie ces animaux dans sa nouvelle série de sculptures Precious, où on les voit interagir avec différentes structures architecturales et se déplacer aisément dans une ville qu'ils se sont appropriée.


View of Iván Argote's exhibition 'Prémonitions' at Perrotin Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin
Iván ARGOTE

Né en 1983 à Bogotá, Colombie
Habite et travaille à Paris, France

Iván Argote est un artiste et réalisateur. À travers ses sculptures, installations, films et interventions, il questionne notre rapport intime aux autres, aux institutions, au pouvoir et aux systèmes de croyances. Il développe des stratégies basées sur la tendresse, l’affect et l'humour grâce auxquelles il suggère des approches critiques des récits historiques dominants et tente de les décentraliser. Dans ses interventions sur des monuments, ses installations à grande échelle et ses performances, Iván Argote propose de nouveaux usages symboliques de l’espace public.

Son travail fait partie de nombreuses collections renommées à travers le monde comme celles du Guggenheim Museum (New York, États-Unis), du Centre Pompidou (Paris, France), de l’ASU Art Museum (Phoenix, États-Unis), de la Cisneros Fontanals Art Foundation (Miami, États-Unis), la Colección de Arte del Banco de la República (Bogota, Colombie), de Kadist (San Francisco, États-Unis) et du MACBA (Barcelone, Espagne).



À propos de l'artiste
MORE ON SOCIAL MEDIA 👀
SELECTED PRESS
SHOP
Liste des oeuvres
ROOM 1
ROOM 2
ROOM 3
ROOM 4