15 octobre
- 17 décembre 2022
+ ajouter à mon calendrier
Paris
76 rue de Turenne
75003 Paris France

À l’occasion de Blow Out, sa seconde exposition individuelle à la galerie, Genesis Belanger présente de toutes nouvelles sculptures, ainsi que des œuvres sur papier qui retracent en filigrane le récit d’une déception amoureuse dans un contexte mondain. L’artiste a élaboré trois mises en scène qui se répondent —un magasin, une salle de banquet et une salle d’opération — , transformant ainsi la galerie en théâtre surréaliste. Chacun de ces espaces est pensé pour incarner l’une des multiples significations du titre.

Vue de l'exposition 'Blow Out' de Genesis Belanger à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
View of Genesis Belanger's exhibition 'Blow Out' at Perrotin Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin
Vue de l'exposition 'Blow Out' de Genesis Belanger à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Blow Out' de Genesis Belanger à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Blow Out' de Genesis Belanger à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Blow Out' de Genesis Belanger à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
Vue de l'exposition 'Blow Out' de Genesis Belanger à la galerie Perrotin, Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin.
View of Genesis Belanger's exhibition 'Blow Out' at Perrotin Paris, 2022. Photo: Claire Dorn. Courtesy of the artist and Perrotin

La pratique de Genesis Belanger est axée sur la création objects sculpturaux et la composition de tableaux qui revêtent une dimension narrative sur les thématiques du genre et du pouvoir. Influencés par une culture visuelle séculaire, qui s’étend de la publicité à la bande dessinée en passant par l’histoire de l’art, les objets à la fois maussades et fascinants sont ballottés au cœur d’un tourment hypercapitaliste. L’artiste manie glamour et humour comme des armes pour passer au crible un présent obsédé par l’image. Elle puise son inspiration aussi bien dans différents courants artistiques, tels que le baroque, le pop art, le surréalisme ou les imagistes de Chicago, que dans son expérience professionnelle dans le secteur de la mode. Les objets sont façonnés à la main à partir de motifs en deux dimensions, taillés dans des plaques d’argile étalées sur un plan de travail. Genesis Belanger y associe parfois du mobilier de son invention. Elle n’émaille jamais ses pièces de céramique, mais les pigmente avec des poudres colorées mélangées à l’aide d’un robot de cuisine. Sa palette de tons, douce et délicate, évoque l’esthétique des années 1950.

Au fil du temps, ses installations et ses récits ont gagné en complexité. Elle compose des espaces où le temps est suspendu, densifié, tangible, qu’il s’agisse de salles d’attente, d’hôpitaux, de salons funéraires ou de salles de banquet. Le symbolisme de ses vanités évoque le désir et la tromperie, levant ainsi le voile sur les dimensions opposées intrinsèques aux objets du quotidien que nous consommons, que nous revêtons et que nous portons.

Le public de Blow Out évolue à travers l’univers de Genesis Belanger, pénétrant dans des intérieurs sobres qui se déploient comme les actes d’une pièce absurde. La première scène représente un magasin discount désert. Trois sculptures en céramique et en acier thermolaqué — un caddie, un rayonnage et un distributeur automatique — incarnent les espoirs déçus du rêve américain. Baptisé Healthy Living (La vie saine), non sans ironie, le caddie rutilant déborde de marchandises phalliques: une bouteille de soda affublée d’une langue ondulante, un carton de lait dont dépasse une paille tombante, une botte d’asperges amollies, un hot dog et un cactus en pot. La sculpture Impulse Buy est emblématique des dernières expérimentations de l’artiste en studio: des dioramas muraux ornés de camées personnalisés. Sur un fond de carreaux faits main, celui-ci présente des condiments, des sucreries, une main de femme manucurée et une chaussure. La pièce maîtresse de la salle est un dis- tributeur de chewing-gums grandeur nature intitulé Three for One (Trois pour un). Son apparence joyeuse masque un récit plus sombre, fait de désirs absurdes et d’ambitions avortées.

La salle suivante révèle les vestiges impudiques d’une fête décadente. Les pièces détachées d’un nu au repos jonchent une voluptueuse méridienne capitonnée bleu sarcelle. De généreux arrangements floraux, un oranger luxuriant et une paire de lampe de table vêtue de froufrous flanquent un extravagant festin qui vogue sur un tapis volant. Une de séquence de dioramas muraux incarne la névrose et l’abattement dans un ensemble de scènes miniatures qui soulignent les changements d’échelle répétés par l’artiste tout au long de l’exposition. Autour d’une tête découragée et d’une main tenant un miroir brisé sont étalés des comprimés, des ballons dégonflés et des sucreries raffinées. Sur une prise hors d’usage sont fixés de gros adaptateurs dont pendent deux câbles inutilisables. Un choeur de quatre bustes de servantes à la poitrine proéminente et joliment vêtue complète l’ensemble. Viennent-elles quitter la fête ou essayent-elles d’y entrer ?

"The sculpture Nude in Repose is a continuation of my series of severed feminine bodies, each made to capture the experience of being female in our culture where women are consumed as a selection of parts."

— Genesis Belanger

L’ambiance de la troisième salle est encore plus sinistre. Il s’agit du bureau d’un chirurgien-plasticien crapuleux. Un corps de femme tranché en morceaux, une bouteille de champagne débouchée et une orange découpée sont éparpillés sur un brancard mauve. Des lanières roses enserrent mollement les membres humains. Non loin de là, une table d’opération exhibe une étrange série d’objets à la fois drôles et effrayants : une plante épineuse, un dévidoir à ruban adhésif révélant une langue frétillante, trois bouts de doigts manucurés, une clé à molette et une énorme molaire. Un paravent alternant des tons de bleu et de lilas cache des femmes anonymes qui font la queue. Seules leurs élégantes chaussures dépassent sous les larges ondulations du tissu.

L’exposition s’achève avec une série d’aquarelles et de gouaches vivantes et oniriques. Il s’agit des tout derniers essais de peinture sur papier de l’artiste. Toutes les œuvres de Genesis Belanger naissent d’abord sous la forme de dessins. Ses objets et ses mises en scène sont inspirés de croquis au crayon et à l’encre qu’elle réalise quotidiennement dans des carnets et sur des feuilles volantes. Chaque composition est entourée d’un cadre verni de couleur vive, assorti à la palette de tons accrocheurs du tableau. Les images empruntent au vocabulaire féminin et populaire emblématique de l’artiste, que l’on retrouve tout au long de l’exposition: mains et pieds aux ongles vernis, comprimés aux teintes délicates, aliments typiquement américains et fleurs charnues.


Les créations de Genesis Belanger sont empreintes d’une humanité pro- fondément troublante. Elles soulignent sans faux semblant nos biais et nos stéréotypes, à travers une chorégraphie d’objets savamment agen- cés sous la forme de vignettes évocatrices, auxquelles chacun pourrait s’identifier. Un tour de magie envoûtant qui nous donne à voir tout à la fois l’horreur et la splendeur de la vie.

Amy Smith-Stewart, Chief Curator at The Aldrich Contemporary Art Museum

Genesis BELANGER

Née en 1978 en USA
Habite et travaille à Brooklyn, New York, USA

Genesis Belanger réalise des mises en scène psychologiquement chargées, composées de versions idiosyncrasiques des objets du quotidien. Travaillant dans une multitude de formes d’artisanat - soudeuse, céramiste et couturière - Belanger crée des installations en tension irrésolue, proche d'un effondrement temporel. Son vocabulaire est emprunté aux années 1950, plus précisément à l'aube de la publicité américaine, et elle infuse ses “tableaux" d’un sentiment de productivité capitaliste lobotomisée, choisissant comme décors des espaces liminaires, tels que les halls d’entrée des hôtels ou les salles d'attente des bureaux. Dans la pratique de Belanger le corps entier est absent, invitant le spectateur à entrer en tant qu'acteur intentionnel. Dans ses scènes immersives, les objets deviennent des substituts du corps féminin : des lèvres pincées émergent de lampes en grès assorties, des doigts jaillissent d'un bouquet et un hot-dog se tortille dans un talon compensé. L'œuvre tridimensionnelle de Belanger, bien qu'elle s’inscrit dans l'héritage de Claes Oldenburg et de Robert Gober, s'intéresse principalement à la manifestation de mythes capitalistes sur une psyché genrée.


En 2021, Genesis Belanger a fait l'objet d'une exposition individuelle au Consortium de Dijon en France. En 2020, le Aldrich Contemporary Art Museum à Ridgefield, Connecticut a consacré une exposition individuelle à son travail et a publié un catalogue à cette occasion. En 2019, Belanger a créé une installation dans la vitrine du New Museum à New York.



À propos de l'artiste
MORE ON SOCIAL MEDIA 👀
SELECTED PRESS
SHOP
Liste des oeuvres
ROOM 1
ROOM 2
ROOM 3
ROOM 4